ARTEFACT À DÉCOUVRIR : un tuyau de drainage*

L’usage de tuyaux de drainage s’est établi en France vers 1620. Les premiers tuyaux de drainage étaient d’une composition argilo-siliceuse, une forme de grès requérant un vernis fort solide lors de la cuisson, qui rendait ensuite le matériau presque inaltérable. Le drainage n’a pas seulement pour but d’enlever l’humidité que le sol contient; il a aussi pour effet de faire pénétrer dans le sol une grande quantité d’air et de la renouveler constamment. Le passage alternatif et continu d’air et d’eau à travers le sol arable aide à sa fertilité.

L’abbé François Pilote, alors qu’il avait en tête de fonder la première école d’agriculture permanente au Canada, s’est rendu en Europe en 1858 afin de s’informer des meilleurs procédés agricoles. Il y a ramené notamment l’expertise nécessaire pour fabriquer ces tuyaux. Par la suite, il en a fait la promotion entre autres pour la construction du système des aboiteaux, ces digues en bordure du fleuve qui permettent de récupérer des terres autrement ensevelies sous les eaux.

Ce morceau de tuyau de drainage, rapporté d’Europe et utilisé par l’abbé François Pilote, témoigne de l’apport de cette technologie à La Pocatière et aux alentours. Le Musée québécois de l’agriculture et de l’alimentation (anciennement nommé le Musée François-Pilote) le garde fièrement dans ses collections.

Chaque mois, découvrez un objet de la collection du musée.

* Cet article a été publié dans l’édition de mai 2016 du magazine L’UtiliTerre, une publication mensuelle issue du journal La Terre de chez nous. La version électronique de l’article est disponible ici.