Processus de sélection & collections muséales

Ce qu’il faut savoir

[photo tirée du compte Flickr de Tourisme Rivière-du-Loup]
[photo tirée du compte Flickr de Tourisme Rivière-du-Loup]

Plusieurs personnes ont questionné l’équipe du Musée François-Pilote récemment à savoir pourquoi il n’avait pas fait l’acquisition en tout ou en partie de la collection du Musée Normantique de Saint-Alexandre qui a fermé ses portes cet été. Cette étonnante collection a été mise aux enchères [voir cet article] et le Musée François-Pilote n’a malheureusement pas pu mettre la main sur des items patrimoniaux d’une grande valeur. Pourquoi?

Peut-être vous êtes-vous déjà demandé comment les artefacts atterrissent dans les musées? Ou peut-être pensez-vous qu’un des objets de votre grenier dispose d’une grande valeur patrimoniale et qu’il serait intéressant, pour la postérité, qu’il soit exposé dans un musée?

Voici quelques petits trucs à savoir concernant le processus de sélection des artefacts dans les collections muséales.

Les musées accrédités par le Ministère de la Culture et des Communications fonctionnent selon un code déontologique et des procédures de sélection reconnus à travers le monde entier. L’objectif principal demeure évidemment la préservation du patrimoine local et national à des fins de recherche et de mise en valeur pour les générations actuelles et futures. Puisque ce mandat revêt une importance considérable, l’acquisition d’objets par un musée est une opération qui s’échelonne sur plusieurs mois et qui demande beaucoup de réflexion.

La valeur patrimoniale de l’artefact doit d’abord être établie. Pour ce faire, le musée fait appel à un comité d’acquisition où figurent non seulement des membres qualifiés de l’institution, mais aussi des spécialistes externes qui sont invités à y siéger. Évidemment, des débats et des analyses soutiennent les décisions finales; les autres éléments des collections du musée entrent également en compte. Comme les espaces de réserve, les conditions d’entreposage et les budgets d’acquisition sont parfois limités, le comité doit faire mûrir sa décision, afin de s’assurer que ne soient conservés que des objets significatifs qui ne figurent pas déjà dans les collections et qui bénéficieront de tous les soins appropriés. Des budgets spéciaux doivent ensuite être libérés et approuvé par le conseil d’administration. Une entente est finalement conclue entre le propriétaire et le comité d’acquisition pour que le processus arrive sainement à terme.

C’est ainsi que le patrimoine est préservé et devient, éventuellement, accessible à la population par le biais d’activités ou d’expositions! Dans le cas de la vente de la collection du Musée Normantique, c’est le temps qui a manqué, malheureusement. En espérant que ceux et celles qui ont acquis les artefacts lors de l’encan en feront un bon usage et partageront cette part du patrimoine agricole sud-côtois avec le plus grand nombre!

Les musées accrédités, reconnus et soutenus par le Ministère de la Culture et des Communications dans le Kamouraska sont la Maison Chapais, le musée François-Pilote et le Musée régional de Kamouraska. Ils font tous partie, avec les Archives de la Côte-du-Sud et le Centre d’art de Kamouraska, du Collectif muséal et patrimonial du Kamouraska.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *